La mirada del mendigo

5 marzo 2012

Salut à toi

Filed under: Música — Mendigo @ 18:23

Au fin, je devrais vous demander des excuses pour écrire toujours des choses minables sur la économie et la politique. Mais maintenant, je veux bouleverser cette page et publier quelque chose d’agréable. Je viens d’écouter quelques chansons en français chez Wen et je veux aporter quelques autres.

Que la musique ne s’arrête pas!

Par example, avec la voix toute cassé, Zaz:

Je trouve très jolie, cette version, malgré qu’elle sois enrouée. Ici vous avez d’autre version plus soignée avec ses paroles.

Qui est-ce, cette fille? Sais pas, je ne la connaissais pas jusqu’à il y a quelques minutes, mais elle a une drôle allure.

Connaissez-vous cette chanson?

Ça vous dit quelque chose? Ça fait soixante-dix ans…

+

Et, maintenant quelques vieux amis ici, à Le Mendiant; des chansons qui ont apparu ici ça fait longtemps.

Les Cowboys Fringants, une bande qui a beaucoup frappé JaviMoscas il y a quelques ans.

+

Les Ogres de Barback et sa Rue de Panam. Difficile à traduir parce qu’elle a beaucoup de mots en argot.

Mais je crois que cette strophe est assez facile à comprendre.


Mais croyez-moi, bientôt
Les flics auront du boulot
Car tous les vagabonds
Parlent de révolution.

+

Et, pour finir, une autre chanson des Ogres avec lec Hurlements d’Leo (l’originale est d’une bande punk des anées quatre-vingt, Berurier Noir). Je croi que toute traduction est de trop.

Salut à tous les femmes et hommes libres!!!

12 comentarios »

  1. Zaz – Je Veux

    Donnez moi une suite au Ritz, je n’en veux pas!
    Des bijoux de chez Chanel, je n’en veux pas!
    Donnez moi une limousine, j’en ferais quoi?
    papalapapapala
    Offrez moi du personnel, j’en ferais quoi?
    Un manoir a Neufchâtel, ce n’est pas pour moi.
    Offrez moi la Tour Eiffel, j’en ferais quoi?
    papalapapapala

    Je Veux d’l’amour, d’la joie, de la bonne humeur
    c’ n’est pas votre argent qui f’ra mon bonheur,
    moi j’veux crever la main sur le coeur
    papalapapapala
    allons ensemble, découvrir ma liberté,
    oubliez donc, tous vos clichés,
    bienvenue dans ma réalité !

    J’en ai marre d’vos bonnes manières, c’est trop pour moi!
    Moi je mange avec les mains et j’suis comme ça!
    J’parle fort et je suis franche, excusez moi!
    Finie l’hypocrisie moi, j’me casse de là!
    J’en ai marre des langues de bois! Regardez moi,
    toute manière j’vous en veux pas, et j’suis comme ça
    j’suis comme ça
    papalapapapala

    Je Veux, d’l’amour, d’la joie, de la bonne humeur,
    ce n’est pas votre argent qui f’ra mon bonheur,
    moi j’veux crever la main sur le coeur
    papalapapapala
    Allons ensemble découvrir ma liberté,
    oubliez donc, tous vos clichés,
    bienvenue dans ma réalité!

    Je Veux d’l’amour, d’la joie, de la bonne humeur
    c’ n’est pas votre argent qui f’ra mon bonheur,
    moi j’veux crever la main sur le coeur
    papalapapapala
    allons ensemble, découvrir ma liberté,
    oubliez donc, tous vos clichés,
    bienvenue dans ma réalité !

    Je Veux d’l’amour, d’la joie, de la bonne humeur
    c’ n’est pas votre argent qui f’ra mon bonheur,
    moi j’veux crever la main sur le coeur
    papalapapapala
    allons ensemble, découvrir ma liberté,
    oubliez donc, tous vos clichés,
    bienvenue dans ma réalité!

    Je Veux d’l’amour, d’la joie, de la bonne humeur
    c’ n’est pas votre argent qui f’ra mon bonheur,
    moi j’veux crever la main sur le coeur
    papalapapapala
    allons ensemble, découvrir ma liberté,
    oubliez donc, tous vos clichés,
    bienvenue dans ma réalité!

    Comentario por Mendigo — 5 marzo 2012 @ 18:41 | Responder

  2. Edith Piaf – Dans ma rue

    J’habite un coin du vieux Montmartre
    Mon père rentre soûl tous les soirs
    Et pour nous nourrir tous les quatre
    Ma pauvr’ mére travaille au lavoir.
    Moi j’suis malade, j’rêve à ma fenêtre
    Je r’garde passer les gens d’ailleurs
    Quand le jour vient à disparaître
    Il y a des choses qui me font un peu peur

    Dans ma rue il y a des gens qui s’ promènent
    J’les entends chuchoter dans la nuit
    Quand je m’endors bercée par une rengaine
    J’suis soudain réveillée par des cris
    Des coups d’sifflet, des pas qui traînent, qui vont et viennent
    Puis le silence qui me fait froid dans tout le coeur

    Dans ma rue il y a des ombres qui s’ promènent
    Et je tremble et j’ai froid et j’ai peur

    Mon père m’a dit un jour : “la fille,
    Tu ne vas pas rester là sans fin
    T’es bonn’ à rien, ça c’est d’famille
    Faudrait voir à gagner ton pain
    Les hommes te trouvent plutôt jolie
    Tu n’auras qu’à sortir le soir
    Il y’a bien des femmes qui gagnent leur vie
    En “s’ balladant sur le trottoir”

    Dans ma rue il y a des femmes qui s’ promènent
    J’les entends fredonner dans la nuit
    Quand je m’endors bercée par une rengaine
    J’suis soudain réveillée par des cris
    Des coups d’sifflet, des pas qui traînent, qui vont et viennent
    Puis le silence qui me fait froid dans tout le coeur

    Dans ma rue il y a des femmes qui s’ promènent
    Et je tremble et j’ai froid et j’ai peur

    Et depuis des semaines et des semaines
    J’ai plus d’ maison, j’ai plus d’argent
    J’ sais pas comment les autres s’y prennent
    Mais j’ai pas pu trouver d’ client
    J’demande l’aumône aux gens qui passent
    Un morceau d’ pain, un peu d’ chaleur
    J’ai pourtant pas beaucoup d’audace
    Maintenant c’est moi qui leur fait peur

    Dans ma rue tous les soirs je m’ promène
    On m’entend sangloter dans la nuit
    Quand le vent jette au ciel sa rengaine
    Tout mon corps est glacé par la pluie

    Mais je n’ peux plus, j’attends sans cesse que le bon Dieu vienne
    Pour m’inviter à me réchauffer tout près de Lui

    Dans ma rue il y a des anges qui m’emmènent
    Pour toujours mon cauchemar est fini

    Comentario por Mendigo — 5 marzo 2012 @ 18:43 | Responder

  3. Les Cowboys Fringants – Plus rien

    Il ne reste que quelques minutes à ma vie
    Tout au plus quelques heures je sens que je faiblis
    Mon frère est mort hier au milieu du désert
    Je suis maintenant le dernier humain de la terre

    On m’a décrit jadis, quand j’étais un enfant
    Ce qu’avait l’air le monde il y a très très longtemps
    Quand vivaient les parents de mon arrière grand-père
    Et qu’il tombait encore de la neige en hiver

    En ces temps on vivait au rythme des saisons
    Et la fin des étés apportait la moisson
    Une eau pure et limpide coulait dans les ruisseaux
    Où venaient s’abreuver chevreuils et orignaux

    Mais moi je n’ai vu qu’une planète désolante
    Paysages lunaires et chaleur suffocante
    Et tous mes amis mourir par la soif ou la faim
    Comme tombent les mouches jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien…
    Plus rien…
    Plus rien…

    Il ne reste que quelques minutes à ma vie
    Tout au plus quelques heures je sens que je faiblis
    Mon frère est mort hier au milieu du désert
    Je suis maintenant le dernier humain de la terre

    Tout ça a commencé il y a plusieurs années
    Alors que mes ancêtres étaient obnubilés
    Par des bouts de papier que l’on appelait argent
    Qui rendaient certains hommes vraiment riches et puissants

    Et ces nouveaux dieux ne reculant devant rien
    Étaient prêts à tout pour arriver à leurs fins
    Pour s’enrichir encore ils ont rasé la terre
    Pollué l’air ambiant et tari les rivières

    Mais au bout de cent ans des gens se sont levés
    Et les ont avertis qu’il fallait tout stopper
    Mais ils n’ont pas compris cette sage prophétie
    Ces hommes-là ne parlaient qu’en termes de profits

    C’est des années plus tard qu’ils ont vu le non-sens
    Dans la panique ont déclaré l’état d’urgence
    Quand tous les océans ont englouti les îles
    Et que les inondations ont frappé les grandes villes

    Et par la suite pendant toute une décennie
    Ce fut les ouragans et puis les incendies
    Les tremblements de terre et la grande sécheresse
    Partout sur les visages on lisait la détresse

    Les gens ont dû se battre contre les pandémies
    Décimés par millions par d’atroces maladies
    Puis les autres sont morts par la soif ou la faim
    Comme tombent les mouches jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien…
    Plus rien…
    Plus rien…

    Mon frère est mort hier au milieu du désert
    Je suis maintenant le dernier humain de la terre
    Au fond l’intelligence qu’on nous avait donnée
    N’aura été qu’un beau cadeau empoisonné

    Car il ne reste que quelques minutes à la vie
    Tout au plus quelques heures je sens que je faiblis
    Je ne peux plus marcher j’ai peine à respirer
    Adieu l’humanité…
    Adieu l’humanité…

    +

    Traducción al castellano, chez Javi Moscas.

    Comentario por Mendigo — 5 marzo 2012 @ 18:49 | Responder

  4. Les Ogres de Barback – Rue de Paname

    Dans une rue de Paname
    Errant au bord de l’eau
    J’fumais mon Amsterdam
    Pour finir au bistrot
    Y’avait là deux-trois femmes
    Qui faisaient le tapin
    Moi, j’aiguisais ma lame
    Pour planter les rupins

    Les gens de bon quartier,
    Les touristes, les vieillards,
    Aiment bien s’promener
    Le long des grands boul’vards
    Ils achètent des souv’nirs
    Des tours Eiffel en plastique
    Les saltimbanques les font rire
    Mais faudrait qu’on leur explique

    Qu’il y a d’la merde partout,
    De la drogue, et surtout
    Des jeunes en galère
    Qui trafiquent la misère
    Ouais ! j’dois bien avouer
    Que j’y passe toutes mes journées
    C’est que parfois à Paris,
    C’est la joie et la folie …

    Mais croyez-moi, bientôt
    Les flics auront du boulot
    Car tous les vagabonds
    Parlent de révolution
    Un jour, toutes nos chansons,
    Ouais, vous désarmeront
    Il n’y aura plus qu’la folie,
    La joie et l’anarchie,
    La joie et l’anarchie,
    La joie dans Paris.

    Comentario por Mendigo — 5 marzo 2012 @ 18:51 | Responder

  5. Bererier Noir – Salut à toi

    Salut à toi ô mon frère
    Salut à toi peuple khmer
    Salut à toi l’Algérien
    Salut à toi le Tunisien
    Salut à toi Bangladesh
    Salut à toi peuple grec
    Salut à toi petit Indien
    Salut à toi punk iranien

    Salut à toi rebelle afghan
    Salut à toi le dissident
    Salut à toi le Chilien
    Salut à toi le p’tit Malien
    Salut à toi le Mohican
    Salut à toi peuple gitan
    Salut à toi l’Ethiopien
    Salut à toi le tchadien

    Salut à vous les Partisans
    Salut à toi “cholie all’mante”
    Salut à toi le Vietnamien
    Salut à toi le Cambodgien
    Salut à toi le Japonais
    Salut à toi l’Thaïlandais
    Salut à toi le Laotien
    Salut à toi le Coréen

    Salut à toi le Polonais
    Salut à toi l’Irlandais
    Salut à toi l’Européen
    Salut à toi le Mongolien
    Salut à toi le Hollandais
    Salut à toi le Portugais
    Salut à toi le Mexicain
    Salut à toi le marocain

    Salut à toi le Libanais
    Salut à toi l’Pakinstanais
    Salut à toi le Philippin
    Salut à toi l’Jamaïcan
    Salut à toi le Guyanais
    Salut à toi le Togolais
    Salut à toi le Guinéen
    Salut à toi le Guadeloupéen

    Salut à toi le Congolais
    Salut à toi le Sénégalais
    Salut à toi l’Afro-cubain
    Salut à toi l’Porto-ricain
    Salut à toi la Haute Volta
    Salut à toi le Nigéria
    Salut à toi le Gaboni
    Salut à toi le vieux chtimi

    Salut à toi Che Guevara
    Salut aux comités d’soldats
    Salut à tous les hommes libres
    Salut à tous les apatrides
    Salut à toi la Bertaga
    Salut aussi à la Banda
    Salut à toi punk anarchiste
    Salut à toi skin communiste

    Salut à toi le Libéria
    Salut à toi le Sri Lanka
    Salut à toi le sandiniste
    Salut à toi l’unijambiste
    Salut l’mouv’ment des Jeunes Arabes
    Salut à toi Guatemala
    Salut l’P4 du contingent
    Salut à toi le Shotokan

    Salut à toi peuple Kanak
    Salut à toi l’tchécoslovaque
    Salut à tous les p’tits dragons
    Salut à toi qui est keupon
    Salut à toi jeune Malgache
    Salut à toi le peuple basque
    Salut à toi qu’est au violon
    Salut à toi et mort aux cons

    Salut à toi le Yougoslave
    Salut à toi le voyou slave
    Salut à toi le Salvador
    Salut à toi le Molodoï
    Salut à toi le Chinois
    Salut à toi le Zaïrois
    Salut à toi l’Espagnol
    Salut à toi le Ravachol

    Salut à toi le Hongrois
    Salut à toi l’iroquois
    Salut aussi à tous les gosses
    Des îles Maudites jusqu’à l’Ecosse
    Salut à vous tous les zazous
    Salut à la jeune garde rouge
    Salut à toi le peuple corse
    Salut aux filles du Crazy Horse

    Salut à toi la vache qui rit
    Salut à Laurel et Hardy
    Salut à toi peuple nomade
    Salut à tous les “camawades”
    Salut à toutes les mères qui gueulent
    Salut aussi à Yul Brunner
    Salut à toi l’handicapé
    Salut Jeunesse du monde entier

    Salut à toi le dromadaire
    Salut à toi Tonton Albert
    Salut à toi qu’est à la masse
    Salut aussi à Fantomas
    Salut à toi Roger des près
    Salut à toi l’endimanché
    Salut à tous les paysans
    Salut aussi à Rantanplan

    Comentario por Mendigo — 5 marzo 2012 @ 18:52 | Responder

  6. Nota histórica: menciona a los zazous.

    Una interesante página: zazous I y II

    Comentario por Mendigo — 5 marzo 2012 @ 19:04 | Responder

  7. Wow! Zaz pa la saca!! Me ha encantado. Me encantan los grupos que hacen tanto con tan poco ^_^

    La de Salut à toi ya la habías puesto, ¿no? Tuve que haberla escuchado aquí…

    Comentario por wenmusic — 5 marzo 2012 @ 20:13 | Responder

    • Sí, sí, menos Zaz que es un descubrimiento reciente (parece que en Francia es todo un acontecimiento…hasta que la quemen) el resto son canciones que había puesto por aquí hace años y me apetecía volver a escuchar después de tanto tiempo. Me las trajiste a la memoria, con tu entrada.😉

      Comentario por Mendigo — 5 marzo 2012 @ 20:24 | Responder

  8. Gracias por descubrirme a Zaz. Lo acabo de poner en Groovesark y estoy disfrutando un rato increíble. De veras. muchas gracias.

    Comentario por javierM — 6 marzo 2012 @ 0:22 | Responder

    • Gracias a ti, tronk, por tantos años escribiendo con sosiego y rotundidad. Leerte, me reconforta. Eres una roca en mitad del piélago digital, un punto de referencia.

      Mis reverencias, maestro.😉

      Comentario por Mendigo — 6 marzo 2012 @ 0:37 | Responder

  9. Je savais aussi que rien de ZAZ. Merci pour la découverte.

    Je chercherai plus

    Comentario por Javi — 6 marzo 2012 @ 19:54 | Responder

    • Si tu veux, je peux te donner quelques autres noms de bandes pareils.

      Cherche par La Belle Bleue, La Rue Ketanou…Il y a de tas de gens en Françe qui font de choses interessantes (et beaucoup de mèrde, comme toujours).

      Au bientôt!

      Comentario por Mendigo — 6 marzo 2012 @ 20:22 | Responder


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

Crea un blog o un sitio web gratuitos con WordPress.com.

A %d blogueros les gusta esto: